Visite de l’OFII

Informations factuelles

L’OFII, c’est-à-dire l’Office français de l’Immigration et de l’Intégration, est un office sous la responsabilité du Ministère de l’Intérieur ayant pour rôle de gérer l’immigration légale. Ainsi, l’OFII a reçu de l’État français les rôles d’administrer les procédures régulières d’immigration, d’accueillir et d’intégrer les immigrés légaux et les demandeurs d’asile dans les cinq premières années de leur arrivée, ainsi que de participer et de s’assurer de la bonne réinsertion dans le pays d’origine des étrangers. L’OFII trouve son siège à Paris et une cinquantaine de délégations dans différentes régions françaises. L’OFII se trouve aussi représenté au Maroc, en Roumanie, en Tunisie, au Cameroun, au Sénégal, au Mali, en Turquie et en Arménie (OFII, 2018). L’activité prévue à l’OFII à Marseille le 11 juin est une présentation concernant les rôles administratifs de l’OFII dans la gérance des procédures régulières d’immigration.

Problématique

En prévision de la visite de l’OFII, un questionnement sur le modèle de gestion et d’intégration des immigrants légaux en France doit être effectué en préparation à cette activité. En premier lieu, l’intégration peut être comprise comme étant un « effet de la socialisation qui vise à cultiver un sentiment d’appartenance des individus face à la société. » (Boilard, 2017) Le modèle d’intégration peut varier d’un pays à l’autre. Michaël Walzer est un auteur qui a justement proposé une classification présentant cinq types de régimes politiques d’intégration dans les pays occidentaux : « les empires multinationaux, la société internationale, les consociations, les États-nations et les sociétés d’immigration. » (Choquet, 2017) La France suit le modèle de l’État-nation, c’est-à-dire un État qui « se définit par le partage d’une langue et d’une culture communes. » (Choquet, 2017) Ainsi, la France accepte les minorités culturelles sur son territoire et accepte la pratique religieuse, culturelle et linguistique de ces minorités dans la sphère privée. Cependant, elle demande tout de même aux minorités culturelles le respect de la culture et de la langue dominantes dans la sphère publique (Choquet, 2017). Ainsi, en prenant compte du modèle d’intégration en France, il est intéressant de se pencher sur les mesures misent en place par l’OFII pour s’assurer de l’intégration des immigrants, celles-ci suivant le modèle de l’État-nation. Ainsi, l’OFFI dispense une formation civique et une formation linguistique à tout étranger voulant s’établir en France. La formation civique porte sur les principes, les valeurs, les institutions en France, alors que la formation linguistique porte sur l’apprentissage de la langue française (OFII, 2018). Ainsi, l’OFII promeut des mesures d’intégration visant le respect ou, du moins, la connaissance par les minorités culturelles des pratiques culturelles et linguistiques dominantes. L’intégration des immigrants dans la société d’accueil étant une étape incontournable du processus d’immigration, il est important d’en comprendre les rouages, ce que permet la visite de l’OFII.

L’OFII est aussi responsable d’organiser l’aide à la réinsertion dans le pays d’origine des immigrants qui ne peuvent pas ou ne désirent pas rester en France. Ainsi, en prévision de la visite de l’OFII, il est important de se pencher sur les mesures mises en place par l’OFII pour aider à la réinsertion des migrants dans leur pays d’origine. L’OFII s’occupe notamment des retours volontaires. Ainsi, lorsqu’une demande de retour volontaire est faite par un immigrant, l’OFII se charge des frais de voyage, de l’aide financière et du soutien administratif requis pour organiser le retour dans le pays d’origine de cet immigrant. Aussi, l’OFFI peut, dans certains cas, offrir une aide financière et des conseils afin d’aider à l’orientation professionnelle de l’immigrant retourné dans son pays d’origine (OFII, 2018). Bien que l’OFII s’occupe principalement des mesures afin d’accompagner les immigrants lors des retours volontaires, il est important de se questionner jusqu’à quel point ces retours sont « volontaires ». En effet, en 2005, une mise à jour de la politique publique d’aide au retour a été faite afin de faciliter les expulsions et, en 2009, l’OFII s’est vu recevoir la principale mission de gérer les retours volontaires. Pourtant, ces retours ne sont bien souvent pas réellement volontaires étant donné que l’assistance est offerte aux migrants qui se voient obligés de quitter le territoire français. Ainsi, l’OFII offre aux immigrants qui doivent être expulsés l’opportunité de faire une demande de retour volontaire pour un retour qui n’est pas réellement volontaire (Chappart, 2011). Bref, le parcours migratoire de nombreux immigrants se terminant par un retour dans le pays d’origine, la visite de l’OFII sera très pertinente à cet effet, celui-ci étant le principal acteur dans les procédures de soutien à la réinsertion dans les pays d’origine des immigrants (OFII, 2018).

Questions

  • Bien que l’OFII soit sous la responsabilité du Ministère de l’Intérieur, ses actions et ses décisions sont-elles prises de façon indépendante? Sinon, quelle est l’implication ou l’influence du Ministère de l’Intérieur dans la prise et l’application des décisions?
  • Quels sont les moyens de l’OFII afin de mettre en place les mesures d’intégration suggérées (formation civique et formation linguistique)? Sont-ils suffisants afin de s’assurer de la bonne intégration des immigrants légaux?
  • Dans quelle mesure les programmes d’intégration de l’OFII sont-ils efficaces? Quelles sont les lacunes observées?
  • Dans quelle mesure les retours volontaires sont-ils « volontaires »? Des moyens de pression sont-ils mis en place pour encourager les immigrants à demander un retour volontaire?
  • Qu’est-ce qui détermine que certains migrants recevront une aide financière et des conseils concernant l’orientation professionnelle une fois de retour dans leur pays d’origine, tandis que d’autres non?
  • Pour ce qui est des retours volontaires, l’OFII ne fait-il que mettre en place les mesures d’accompagnement des immigrants dans leur pays d’origine ou a-t-il un rôle ou une certaine influence dans la décision de l’immigrant d’entamer une procédure de retour volontaire?


MÉDIAGRAPHIE

Boilard, Francis. « La socialisation et ses     effets ». In Sociologie du Québec  (Longueuil, 15 février 2017).

Chappart, Pascaline. « Agent du « retour     volontaire » ». Plein droit. En ligne. Vol. 92, no 4 (2011), p. 16-19. In Cairn. Paris : GISTI. <https://www.cairn.info/revue-plein-droit-2011-4-page-16.htm>. Consulté le 29 avril 2018.

Choquet, Sabine. « Les modèles d’intégration en Europe ». Question d’Europe. En ligne. No.     449, 30 octobre 2017. <https://www.robert- schuman.eu/fr/questions-d-europe/0449-les-modeles-d-integration-en-europe>.

OFII. « QUI SOMMES-NOUS ? : L’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration ». In OFII. En ligne. 2018. <http://www.ofii.fr/qui-sommes-nous>. Consulté le 4 avril 2018.

OFII. « Retour volontaire ». In OFII. En ligne. 2018. <http://www.retourvolontaire.fr/>. Consulté le 4 avril 2018

OFII. « File:OFII-web.jpg », 2013,   Wikimedia, [En ligne], https://commons.wikimedia.org/wiki/File:OFII-web.jpg (Page consultée le 2 mai 2018).